J’ai eu l’occasion de voir plus d’une centaine de films en festival cette année, une quarantaine au Festival des films du monde et au Festival du nouveau cinéma, une dizaine à Cinémania et aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal et quelques dizaines en salle. En général, ce fut une expérience assez passionnante, où j’eus l’occasion de faire de nombreuses découvertes intéressantes (oui oui même au FFM!). Il me semble que cela faisait longtemps que l’on n’avait pas eu une année aussi stimulante niveau cinéma. Voici donc mon top 10 de l’année :

10. La chambre bleue – Mathieu Amalric

9. Maps to the stars – David Cronenberg

Une sorte de force inconnue m’a forcé à ajouter ces deux films à mon top 10. Bien qu’ils aient leurs défauts (souvent au niveau du scénario qui semble trop faible chez Amalric ou un peu trop maniéré chez Cronenberg), une certaine puissance sensible émane de ces deux films, leur réalisation sont impeccables et que dire des cadrages et du montage qui sont époustouflants dans les deux œuvres.

8. Mr. Turner – Mike Leigh

Notre critique du film

7. Jauja – Lisandro Alonso

Hypnotisant. Ce film présenté en 4:3 aux coins cornés est d’une beauté rare. Je ne saurais vous raconter ce qui s’y passe, car j’ai été emporté par sa magnificence. Jauja est une œuvre qui transporte son spectateur dans un monde à part. Une autre expérience unique.

6. We come as friends – Hubert Sauper

Notre critique du film (À noter qu’une entrevue avec Sauper est présentement en chantier. NDLR)

5. Natural History – James Benning

4. Xi you – Tsai Ming-Liang

3. Boyhood – Richard Linklater

Boyhood, Xi you et Natural History sont les trois plus belles réflexions sur le temps et la durée (thème qui m’est très cher!) de l’année. Ces films parviennent de façons très différentes et innovantes à nous faire vivre des expériences à la fois esthétique et métaphysique uniques.

2. La sapienza – Eugène Green

Notre critique du film

1. Horse Money – Pedro Costa

Notre critique du film

Notre entrevue avec Pedro Costa

 

Mentions spéciales

Il y a beaucoup trop de bons films parus cette année pour parvenir à dresser une liste de films qui méritent une mention sans en oublier aucun, mais parmi les titres qui me viennent immédiatement à l’esprit il y a : Réalité de Dupieux, Actress de Green, Iron Ministry de Sniadecki, Deux jours une nuit des frères Dardenne, Spartacus et Cassandre de Nuguet, Mange tes morts de Hue, Seth’s Dominion de Chamberland, What now, remember me? de Pinto, Métamorphoses de Honoré, P’tit Quinquin de Dumont, CITIZENFOUR et bien sûr Turist (Force Majeure) de Östlund.

Déceptions

Je ne cacherai pas que certains des films les plus appréciés par le public et la critique m’ont assez déçu, comme Grand Budapest Hotel, dont le baroque pastel a fini par me lever le coeur, Ida et son prétentieux « cadrage décadré » ou encore Under the skin qui n’a pas réussi à me séduire autant que d’autres. Le pire des pires cette année aura été de très loin Salaud on t’aime de Claude Lelouch (Notre critique du film).

Bonus: Top 10 italien

La sapienza – Eugène Green

La prima neve – Andrea Segre

La mafia uccide solo d’estate – Pif

Le meraviglie – Alice Rohrwacher

Perfidia – Bonifacio Angius

A street in Palermo – Emma Dante

Anni felici – Daniele Luchetti

Pasolini – Abel Ferrara

Indebito – Andrea Segre

Incompresa – Asia Argento