Dernier film de Tsui Hark, Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme est présenté jusqu’au 20 octobre au Cinéma Cartier.

En bref, il s’agit d’un long métrage fantastique teinté de politique, ou vice et versa : nous sommes à la veille du couronnement de la première et seule impératrice chinoise de l’histoire, un chevreuil conseille (oui, en parlant) la future dirigeante de l’empire, des gens meurent de combustion spontanée, la métamorphose faciale passe par des points d’acupuncture derrière les oreilles, et on sort de prison, il y était enfermé pour trahison, le détective attitré à l’enquête, personnage adapté du juge Ti des romans de Robert van Gulik.

M’attendant à un mélange intéressant de Hero (Zhang Yimou) et de Tigre et Dragon (Ang Lee) — sans être adepte du genre au sens large, j’ai apprécié tous les Zhang Yimou que j’ai eu la chance de voir, et les trois premiers titres d’Il était une fois en Chine du concerné Tsui Hark, entre autres — je me suis vue ébranlée par l’histoire plus ou moins crédible et les effets spéciaux trop apparents. Comme dans plusieurs, sinon la majorité, des films d’arts martiaux, il est intéressant de voir les jeux de caméra fluides, les cascades chorégraphiées, les costumes majestueux — surtout ceux de l’impératrice, dans le cas présent — et les effets créés par ordinateur (en fait, ces derniers, il est intéressant de NE PAS les voir). Ce qui est plutôt chiant, ici, ce sont justement ces écrans bleus et compagnie qui, n’étant pas fondus adéquatement au décor, mettent l’accent sur le procédé, sur la caméra, ou l’absence de celle-ci, dans certains cas. Plusieurs réalisateurs, notamment Godard, jouent avec le spectateur pour créer ce genre de réflexion. En montrant le mécanisme, le spectateur se voit au cinéma, prend conscience de la création. On lui dit : « Hé, ho, tu regardes et écoute un film. » Ici, il me surprendrait beaucoup que Tsui Hark avait le désir de déstabiliser le public en lui montrant la recette. Je paraphraserai mon partenaire de visionnement : Avoir vu les fils et les cordages aurait été plus convaincant.