Foutoir de jokes éculées ramassées autour d’un concept qui a perdu sa fraicheur, Sunflower Hour aurait bénéficié d’un peu d’huile de cœur aux joints, mais préfère construire la majorité de ses scénarios sur du martelage en chaîne de stéréotypes qui s’avèrent carrément insultants par leur manque d’imagination.

Sunflower Hour, c’est une émission pour enfants à la Sesame Street, moins le budget pour se payer Jim Henson, produite à Vancouver par un individu trempant dans l’univers du porno (déjà) et à la recherche d’un nouveau marionnettiste pour intégrer son équipe. Une équipe de documentaristes suivra donc, des premières auditions au dévoilement du vainqueur, les tribulations de quatre personnages tous pathétiques à leur manière (l’évangéliste sexuellement refoulé, la gothique, le faux-irlandais fêtard, le loser sensible). Les trois premiers vivent dans le déni (le premier finira bisexuel affirmé, la deuxième gentille fille à maman, le troisième vendeur d’assurances) le quatrième subit le plus clair de son temps les coups de poing et de pied de sa famille en souriant tristement en coin. Mais le plus triste est qu’un acteur canadien de talent comme Amitai Marmorstein, dans le rôle de la chiffe molle, semble constamment travailler contre le scénario pour donner du relief à son personnage. Il y arrive presque.

On est a des années lumières des mockumentaires de Christopher Guest (Waiting for Guffman, Best in Show) et de son affection tordue pour ses personnages atypiques, élevés au-dessus de la bête caricature grâce aux liens d’amitié – construits, détruits, reconstruits – qu’ils se partagent. Ici tout est mesquin, on rit facilement de tout le monde, sauf de nous, et c’est là que le bât (ou le bas avec des yeux en plastique) blesse.

Jason Béliveau

Jason Béliveau est directeur de la programmation pour l’organisme de diffusion d’événements cinématographiques Antitube à Québec. Membre de l’Association québécoise des critiques de cinéma, il est rédacteur en chef du Quatre trois depuis sa création en 2011. Il écrit également pour Spirale et participe à l’émission de radio Situation critique sur les ondes de CKRL.